Applied Concept ARB

Joueurs d'échecs éléctroniques

Septembre-Octobre 1978

Septembre-Octobre 1978

Les Nouveaux micro par le Pr. Mazettovich

Dans le domaine de la microélectronique, les progrès sont tellement rapides que des réalisations remarquables, considérées comme insurpassables pour longtemps au moment où elles naissent, ne vivent guère plus que de vulgaires records du monde de natation ! En janvier dernier (que cela semble loin...) Chess Challenger faisait son entrée chez nous, quelques mois après c'était le tour de Compu-Chess.

Aujourd'hui nous pouvons coller une étiquette 1re génération sur ces deux appareils car dans quelques jours le public français découvrira deux nouveau-nés bien plus perfectionnés.

CHESS CHALLENGER 10 et BORIS.

A la pointe de l'actualité chaque fois qu'elle le peut, votre revue a essayé les deux appareils et vous dit ce qu'elle en pense.

Attention cependant ! E.E. n'a disposé que d'un temps trop limité pour faire des tests approfondis et ne peut d'ailleurs en ce domaine se substituer aux constructeurs.

Certains défauts, certaines faiblesses, n'étaient apparus à nous-mêmes ou à des acheteurs qu'après des mois d'usage sur les appareils précédents ; nous ne voudrions pas que le présent article soit pris pour autre chose que ce qu'il est : un compte rendu d'essais aussi sérieux et objectifs que possible, mais fatalement limités.

Nous avons soumis à BORIS le 3 coups suivant dont la solution comporte une promotion en Dame, et il a trouvé la clé en 2 h.

1. Fa1 Rxg2 2. h8=D Rf2 3. Db2+!

Nous ignorons pour l'instant si CC 10 peut résoudre les 3 coups.

Ouverture :

Encore très moyen. CC 10 semble un peu plus classique que BORIS qui, sur 1. e4, a une forte prédilection pour la Scandinave et qui, programmé pour attaquer quelque chose à chaque coup, a une tendance exagérée à promener sa Dame lorsqu'il a joué 1. ... d5.

Milieu de jeu :

En progrès sur la première génération.

Mais les deux appareils alternent curieusement parties de niveau honorable et prestations très médiocres.

Elles gâchent parfois de beaux efforts par de grosses fautes (comme les humains !). Les niveaux de jeu de BORIS et CC 10 se valent à peu près semble-t-il, mais nous accordons, sur la base des quelques parties jouées, un léger avantage à CC 10 qui semble moins gaffeur que BORIS.

Nos essais sont encore insuffisants et portent sur les cadences rapides des deux appareils.

Quelle est la qualité du jeu aux cadences lentes ? Nous l'ignorons en ce qui concerne CC 10.

Fin de partie :

Là c'est la grande faiblesse, ce qui s'explique par l'absence dans le programme d'une fonction d'évaluation spécifique pour cette phase de jeu (le prochain progrès ?).

Les deux machines cafouillent beaucoup avec R et D contre R, et perdent allègrement des finales de pions gagnantes.

L'importateur (excellent joueur d'échecs) de BORIS affirme qu'avec 5 minutes de réflexion par coup, le jeu de son appareil commence à mériter considération. Le temps nous a manqué pour le vérifier.

Tableau comparatif:

Machines

Boris

CC 10

Fidelity Chess Challenger 10a

Présentation

Boite acajou (25,5*17*9cm) Electronique, transfo, échiquier cartonné avec pièces, à l'intérieur.

Boîte plate (env. 44*24*10cm). Clavier, affichage, sur la partie droite, échiquier sur la partie gauche ; pièces à côté.

Affichage

Alphanumérique 8 digits, très lumineux.

4 digits, à 7 segments.

Vérification des positions; Introduction d'une position

Rangée par rangée, chaque pièce étant visualisée par un symbole spécial, relativement ressemblant à celui d'un diagramme.

Case par case, chaque pièce étant représentée par un code (ex. C= Roi, etc.) .

Couleurs jouées par la machine

Blancs ou Noirs, réellement, c'est-à-dire sans man uvre plus ou moins compliquée. Peut changer en cours de partie, ou même jouer les deux (contre lui-même !).

Blancs ou Noirs, réellement

Niveaux de jeu

On fixe è Boris un temps de réflexion donné pour chaque coup (de 0 à 100 h.). Il répond avant s'il voit un gain ou une perte forcée. Plus il réfléchit, mieux il joue, mais cela n'est vrai qu'en moyenne et non sur chaque coup joué. Un compte à rebours permet à l'utilisateur de voir s'il joue aussi vite que le robot.

10 niveaux. Les temps indiqués par le constructeur sont des moyennes mesurées sur une partie assez longue et sont souvent dépassés en début et milieu de partie.Un des niveaux est spécialement consacré au problème en deux coups, un autre à l'analyse (24 h. de réflexion)

Comment l'appareil occupe le joueur pendant que lui-même "réfléchit"

Remarques en anglais à l'adresse de l'utilisateur. Elles sont assez nombreuses, mais leur sortie est faite au hasard. Toutes les secondes, Boris affiche le coup qu'il jouerait si sa réflexion s'arrêtait là (ce que l'on peut d'ailleurs lui imposer). Très astucieux et agréable pour suivre la réflexion du robot. Possibilité de suivre ligne par ligne la valse des pièces pendant que Boris réfléchit. Un simple gadget

Clignotement alterné de quatre carrés. Lorsque CC 10 donne sa réponse, un bip sonore prévient l'utilisateur. Très utile pour ceux qui ne veulent pas s'hypnotiser sur un affichage clignotant.

Qualité du jeu

Très variable suivant les types de situations rencontrés, et assez irrégulière.

Style

Beaucoup plus offensif que sur les appareils de 1re génération.

Beaucoup plus offensif que sur les appareils de 1re génération.

En guise de conclusion

A condition de ne pas en attendre des miracles qu'ils ne peuvent faire, ces deux appareils nous semblent représenter un gros progrès sur les précédents. Ils attaquent, savent conclure le plus souvent une partie gagnée, et, si le niveau de leur jeu déçoit encore le joueur chevronné, l'amateur a l'occasion de s'amuser.

BORIS, très fort problémiste, un peu plus rapide que CC 10 dans la recherche des mats, un peu meilleur blitzeur, semble moins régulier que son concurrent dans les parties plus lentes. Mais les agréables gadgets dont il est doté séduiront le grand public et les joueurs de salon .

Alors à qui l'avantage ?

Le match nul semble équitable mais peu importe finalement car nous avons pour la première fois deux appareils très valables et, au rythme où vont les choses, il est probable que dans quelques années, le lecteur moyen d'Europe Echecs devra s'accrocher ferme pour ne pas être battu par sa machine !

24/03/2019