;

La Puce

La Puce N3

La puce échiquéenne N3

Sommaire:
1) Un peu de technique : classements, grille Elo, tableaux.
2) Vu de près : les programmes Mephisto Dallas et Rome de R.LANG.
3) Interview: Richard Lang.
4) Le consommateur et son ordinateur: bien choisir son jeu.
5) Quel Pc acheter?.
6) Au banc d'essai: Chess Genius sur dx-2 à 66 MHz
7) Les machines participent à.
8
) Le courrier de la Puce.

3) AU BANC D'ESSAI : Chess Genius

Quelle surprise ! L'un des tout meilleurs programmeurs d'échecs, Richard Lang, auteur de la série des Mephisto champions du monde, vient d'adapter son plus fort programme sur PC. Et le résultat est très impressionnant...

De Motorola ... à Intel.

Tout le monde connaît Richard Lang, au moins de nom. En 1985, son premier programme Mephisto "massacrait" ses adversaires au championnat du monde des micros à Amsterdam.
Depuis, il a accumulé les titres à Dallas, Rome, Almeria, Portoroz, Lyon et Vancouver. Cependant, ces dernières années ont été dures, avec la concurrence des Chess Machine pilotées par des processeurs RISC ARM. Il semble bien que la série Motorola arrive en fin de carrière, et Richard Lang en a tiré les conclusions qui s'imposent.

Mais plutôt que d'opter pour des circuits RISC, il a travaillé d'arrache- pied pour adapter son programme aux processeurs Intel 32 bits qui équipent les plus puissants des PC. Ainsi, Chess Genius est entièrement écrit en assembleur 386/486 pour obtenir une vitesse maximale. A programme haut de gamme, PC haut de gamme : Chess Genius ne fonctionnera au minimum que sur un 386 SX équipé d'une carte VGA. A la trappe donc les antiques 8088, 8086 et 286 et les cartes graphiques CGA, EGA et Hercules.

Installation

Le logiciel est protégé contre la copie, et comporte une procédure d'installation automatique sur disque dur. Il ne s'exécute qu'à partir de son propre répertoire: veillez donc à bien spécifier le nom exact du chemin de répertoire dans lequel vous voulez installer le programme. La protection est différente de celle de M Chess, car on a ici droit à deux installations. En revanche, lorsque les deux installations sont effectuées, on ne peut plus lancer le programme à partir de la disquette.

Bien entendu, il est possible de le désinstaller autant de fois que nécessaire. La version de notre test était numérotée 1.00 et datait du 4 décembre 1992. Il s'agit en l'occurrence de la version débarrassée des bugs qui l'avait empêché de briller au dernier championnat du monde à Madrid.

Interface

Le premier contact est très agréable : beau graphisme sobre et reposant, menus déroulants, maniement aisé de la souris (très fortement recommandée), et une multitude d'options facilement accessibles. Les menus sont en anglais ou en allemand, au choix. On retrouve les marques de fabrique des programmes Mephisto : pondération de la structure de pions, de la fonction d'évaluation, plusieurs styles de jeu (actif, solide, risqué), et de bibliothèques (normal, anti-humains, spécial blitz, gambit,classique, moderne ou standard). Le programme comporte aussi une fonction d'analyse, mais pas aussi sophistiquée que celle de Fritz 2.

Au chapitre des regrets, notons qu'il n'est pas interfacé avec une base de données, et qu'il n'existe pas de boites de dialogue pour l'enregistrement et la sauvegarde des fichiers comme dans M Chess Pro, ce qui aurait aidé à la sélection rapide d'une partie à la souris sans devoir taper son nom.

Parmi les autres fonctions, notons le Contempt Factor optionnel, qui permet de faire jouer le programme pour la nulle ou au contraire de la refuser à tout prix, et la possibilité de prendre en compte automatiquement le temps de manipulation de l'opérateur lorsque la machine est engagée dans un tournoi. La recherche sélective se fait sur 12 demi-coups supplémentaires par rapport à la recherche de base, et le logiciel gère évidemment les Hash- Tables.

Pour des raisons de vitesse pure, Richard Lang a choisi de limiter la taille des Hash-Tables à celle de la mémoire conventionnelle, c'est-à-dire dans les 640 premiers Ko. Par conséquent, on peut au maximum avoir 320 Ko de Hash-Tables sous Genius. On peut s'étonner de ce choix, car M Chess Pro et Fritz 2 gèrent quant à eux plusieurs mégaoctets de Hash-Tables sans dégradation apparente de vitesse. Toujours est-il que cela ne semble pas gêner Genius en finale, comme vous pouvez le voir dans la grille ELO.

Force de jeu

Venons-en à la force de jeu, et là, c'est un choc. Vous pouvez voir selon la grille ELO, que sa vitesse de calcul par rapport à un Mephisto Vancouver 68030 à 36 Mhz (30000 francs et la Rolls des machines dédiées il n'y a pas si longtemps), est de 2 à 3 fois supérieure sur un bon 486 DX2-66 Mhz, quand ce n'est pas plus en raison des améliorations du programme lui-même. Cela signifie en gros que sur un 486 DX-33, Chess Genius est aussi fort que le Vancouver 68030.

Cette puissance de calcul phénoménale lui permet d'être le plus redoutable programme sur micro en blitz, certainement du niveau des plus forts GMI. Nous avons opposé Chess Genius à quelques uns de ses concurrents à cette cadence, sur deux DX2-66 strictement identiques, et voilà ce que cela donne :

Contre Chessmaster 3000 : 9.5 - 0.5;
Contre Zarkov 2.6 : 8.5 - 1.5;
Contre Fritz 2 (avec 16 Mo de Hash- tables) : 8 - 2 (!);
Contre Chess Machine 32 Mhz (le champion du monde en titre): 5.5 - 4.5

Cette supériorité en blitz est essentiellement due au fait que lorsque Genius trouve le meilleur coup dans une position donnée, il le trouve en général extrêmement vite, contrairement à ses concurrents auxquels il faut un peu plus de temps.

Chess Genius est fort dans tous les domaines, mais c'est surtout en finale qu'il semble réellement impressionnant par rapport à la plupart de ses collègues électroniques. En 40 coups/2 heures, il vaut plus de 2300. Ses seuls concurrents à cette cadence de tournoi parmi les machines sont M Chess Pro et la Chess Machine à 32 Mhz. En semi-rapide et sur un bon DX2-66, son ELO flirte avec les 2500 points ou les dépasse. Sa performance à l'Open d'Aubervilliers est d'ailleurs de 2530 ELO, en ayant perdu une seule partie en finale contre Spiridonov (2420), mais en ayant battu notamment le grand-maitre français Bachar Kouatly (2505) et le fort maître roumain Lupu (2435). Il s'est livré à un vrai "massacre" contre les premières catégories qu'il a rencontrées, la plupart de ses parties étant déjà gagnées entre le 15ème et le 20ème coup.

Conclusion

Chess Genius est donc une superbe réussite, et l'on ne peut que saluer le travail remarquable de Richard Lang. Avec un petit coup au cœur pour certains peut-être, car cette adaptation a incontestablement une valeur symbolique qui n'aura échappé à personne: celle de la passation des pouvoirs des machines dédiées en faveur des PC. Déjà, en parties amicales, Fritz 2 tournant sur un 486 DX-33 a marqué 30 % contre Garry Kasparov en Blitz. On peut se demander ce qu'il en aurait été si le champion du monde avait joué dans les mêmes conditions contre Chess Genius, sur un DX2-66 qui plus est. L'étau se reserre...

Frédéric LOUGUET
Publié avec l'aimable autorisation de son auteur.


Haut de page...
Page d'accueil | Je recherche... | Liens | Livre d'or | De A à Z | Plan du site | Mes Sources | Remerciements | Contact