Applied Concepts ARB

Philips : l'échecs est un succès

Une bonne surprise. Le nouveau jeu d'échecs de Philips - une cartouche et un module à brancher sur les consoles de la même marque s'est comporté en maître.

Confronté aux meilleures machines actuelles, il s'est révélé un adversaire respectable.

C7010

Le C 7010 se compose d'une cartouche que l'on enclenche dans son logement de la façon habituelle.

Cette cartouche est reliée par un cordon à un bloc volumineux qui s'accroche aux ou es d'aération arrière du Vidéopac.

L'ensemble demeure harmonieux et ne dépare pas la console. L'échiquier apparaît sur l'écran en blanc et gris. Les pièces sont représentées par des symboles différents de ceux utilisés habituellement aux échecs, mais on se fait rapidement à cette différence après quelques parties et cela ne gêne plus du tout le jeu.

Par contre, il est regrettable que l'on n'ait pas attribué une autre couleur aux Noirs. En effet, ceux-ci sont affichés en gris foncé et sont parfois peu visibles sur les cases gris clair de l'échiquier.

Le roque par déplacement de la tour

Le C 7010 propose six niveaux de difficulté et cela indifféremment avec les Blancs ou les Noirs.

Les niveaux 2 à 6 permettent de choisir la profondeur d'analyse de l'ordinateur. Celle-ci varie depuis deux demi-coups pour le niveau 2 jusqu'aux six demi-coups du niveau 6.

A partir du niveau 4, les temps de réflexion commencent à devenir trop longs pour être jouables en partie normale. Ils sont en effet, de dix minutes en moyenne pour le niveau 4, de vingt minutes pour le niveau 5 et peut-être plusieurs heures pour le niveau 6, sans que ce délai soit justifié par des améliorations spectaculaires.

Le niveau 1 est un mode spécial : c'est le mode tournoi.

A ce niveau, le C 7010 analyse sur six demi-coups, mais en temps limité : trente coups en une heure.

Ce niveau constitue un bon compromis entre la force et la rapidité.

Pendant les parties, l'écran affiche en permanence le nombre de positions lui restant à analyser, le coup en cours d'analyse, le meilleur coup trouvé à cet état de la recherche (bien utile pour vérifier vos progrès) et le nombre de coups joués depuis le début de la partie.

Par contre, il manque au C 7010 les fonctions que nous trouvons habituellement sur les autres ordinateurs d'échecs de haut de gamme : retour-arrière, fonction professeur permettant de suggérer un coup à jouer, entrée d'une position donnée.

Il est donc impossible de lui poser des problèmes d'échecs. De plus, il ne connaît pas les cas de nullité par répétition de la même position trois fois consécutivement ou par la règle des cinquante coups sans prise et sans déplacement de pion. Il pratique toutes les autres règles d'échecs : prise en passant, promotion et sous-promotion de pion et roque.

A ce propos, le C 7010 se singularise en annonçant le roque par déplacement de la tour (et non du roi comme d'habitude).

Cela est un peu déroutant au début, mais t'affichage des positions sur l'écran permet d'éviter toute erreur.

Le concept stratégique du C 7010 est identique au programme Gambit développé par Wim Rens.

La bibliothèque d'ouverture est réduite et ne porte que sur un nombre limité de coups en profondeur. Il est dommage de ne pas avoir doté un programme de ce niveau d'une meilleure bibliothèque. La phase d'ouverture est un moment capital dans une partie d'échecs et une mauvaise ouverture peut compromettre gravement la suite de la partie.

Un partenaire astucieux

Heureusement, sa force tactique lui permet le plus souvent d'éviter certains pièges ; ainsi, le C 7010 aborde le milieu de partie sans déséquilibre notable. En milieu de partie, le programme fait montre d'une force tactique tout à fait correcte. Son jeu est agréable et suffisamment varié. Il semble, en fait, basé surtout sur la défense et parvient ainsi à se sortir parfois joliment de situations périlleuses.

Il connaît, par contre, quelques difficultés en attaque et a parfois du mal à concrétiser une supériorité numérique ou positionnelle.

Le C 7010 utilise plus souvent que ses concurrents le grand roque, mais il le fait toujours de façon justifiée. Sa profondeur d'analyse limitée à six demi-coups ne lui permet pas une grande force stratégique.

Cela n'est pas spécifique au C 7010 et cette faiblesse est partagée par la plupart des programmes d'échecs actuels.

Cela les conduit parfois à commettre des fautes impardonnables à un joueur expérimenté.

Les fins de partie, si elles ne sont pas éblouissantes, se situent dans la moyenne de celles de ses concurrents La maîtrise de l'attaque de pion lui permet souvent de réussir la promotion de pions. Mais les finales resteront encore pour un moment le point noir des ordinateurs d'échecs.

Test

Nous avons opposé le C 7010 au Sensory 9 de Fidelity Electronics, considéré comme l'un des plus forts programmes d'échecs commercialisés actuellement.

Les deux machines jouaient trente coups en une heure : niveau 1 du C 7010 et niveau 5 du Sensory 9.

Par tirage au sort, le C 7010 a commencé. Le Sensory 9 ne l'a emporté qu'après une longue lutte. Voici comment s'est déroulé cette partie :

1 e4 e5
2 Cf3 Cc6
3 d4 e5xd4
4 Cxd4 Fc5
5 Cxc6 Df6 !
Attaque classique du SC9 conduisant au mat par Ox12. Le C 7010 pare l'attaque par Fe3. protégeant ainsi le pion f2 menacé. mais cela conduit après l'échange des fous a des pions doublés en e3e4.

6 Fe3 Fxe3
7 f2xe3 Dxb2
8 Dd4 Dc1 +
Cd2 e t été préférable, évitant la perte du pion c2

9 Rf2 Dxc2 +
10 Fe2 Dxc6
11 Dxg7 Df6+
12 Dxf6 Cxf6
13 Cc3 d6
14 Ta1b1 Tg8
15 a4 Cg4 +
16 Fxg4 Txg4
17 h3 Tg6
18 g4 c5
19 Th1d1 Re7
20 Cd5+ Rd7
21 Td1f1 Te6
22 Cc3?? Rc6
Le C 7010 retourne en c3 pour protéger le pion e4. Ce coup est inutile, car si Txe4. C16+ et gain d'une tour pour les Blancs. Ce coup entra ne, de plus, la perte de l'avantage positionnel et peut être tenu pour responsable de la perte de la partie.

23 Rg3 Tel
Etonnante attaque du roi Blanc qui va se retrouver dans une situation difficile.

24 Rh4 Fe6
25 Rg5 Tg8 +
26 Rh5 b6
27 Tb1d1 Fc4
28 Tf2 Fb3
29 Td2 Tg6
30 h4! Te5 +
L'avance du pion en h4 parait couper la retraite du roi. En fait, cela permet la couverture du pion g5 et d'échapper à l'échec Te5+.

31 g5 h6
32 Tg2 a6
33 Td2f2 b5
34 a4xb5+a6xb5
35 Tb2 Fc4
36 Tg4 b4
37 Cd1 Fe6
38 Tg1 h6Xg5
39 h4xg5 Tg8
40 Rh6 Txe4
41 Rh7 f6
42 Th2 Txg5
43 Txg5 f6xg5
44 Rg6 g4
45 Td2? g3
46 Tg2 Fb3
47 Td2 Tg4 +
48 Rf 5 g2
49 Cf2 Fe6+
50 Rxe6 Tg6 +
51 Rf5 g1 = D
52 Re4 Tf6
53 Rd3 c4 +
54 Rxc4 Dcl+
55 Rd3 Dc3 +
56 Re2 Txf2 +
57 Rxf2 Dxd2+
58 Rf3 b3
59 Re4 b2
60 Rf4 b1= D
61 Rg5 De3 +
62 Rf6 De5+
63 Rf7 Db7 +
64 Rg6 Db7g7 mat

Conclusions de cette partie : le C 7010 possédait au 22ème coup un avantage positionnel certain qu'il a gaspillé en jouant à ce moment un coup tout à fait malheureux, dû sans doute à une vision un peu courte de la partie.

Le SC9 en a alors profité pour se ressaisir.

Le C 7010 a cependant réalisé une partie solide contre un adversaire de la force du SC9, ce qui prouve la relative cohérence de son jeu.

En conclusion,

Le C 7010 nous a surpris favorablement. Bien sûr, il ne se situe pas au niveau des ordinateurs haut de gamme, mais, pour l'amateur sa force est largement suffisante. Ce n'est certes pas en quelques jours qu'un joueur moyen pourra réaliser les progrès nécessaires pour le battre régulièrement à son niveau de tournoi.

Enfin, s'il ne possède pas les facilités habituellement offertes par des concurrents comme le SC9 ou les Méphisto, il constitue pour la somme de 900 francs francs (si l'on possède déjà la console Philips) un rapport qualité-prix satisfaisant.

Les articles sont signés Jaques Harbonn.
Publié avec l'aimable autorisation de son auteur.